Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
GALERIE
TRISTAN DE QUELEN
Les marchandes de fleurs
Vign_P1090364
Albert GUILLAUME
Paris, 1873 - Faux (Dordogne), 1942
 
Projet d'éventail
Aquarelle
20 x 55 cm 
 
Signée et datée en bas à droite : AGuillaume / 89
 
Fils de l'architecte Edmond Guillaume, Albert Guillaume commence très tôt sa carrière d'illustrateur (dès 1889 il dessine une affiche pour la marque de vélo Peugeot). Il réalisera ensuite des caricatures à l'aquarelle et en peinture qui le rendront célèbre.

Prix : 800 euros

Vue de Saint-Jean-de-Monts (1873)
Vign_P1090369_Copie
Ludovic PIETTE

Niort-la-Fontaine (Mayenne), 1826 - Paris, 1878

Aquarelle et gouache

26 x 16 cm

Signée en bas à droite "Ludovic Piette"

 

 

 

 

Ami de Pissaro depuis 1860 environ, Ludovic Piette recherche la nature et les gens au travers d'un regard « candide et pur ». Il expose au Salon à partir de 1857 fleurs et paysages à l'huile et à l'aquarelle et se dit élève de Thomas Couture.

Mais après la guerre de 1870, il arrête d'exposer (sauf en 1872 (Le marché aux fruits, aquarelle) et 1876 (Vue du Mans, aquarelle) et vend plutôt dans les années 1870 à Drouot et auprès d'amateurs ses aquarelles et ses gouaches.

Cette vue de Jean de Monts date de cette époque où Piette réalise nombres de scènes de vie rurale et urbaine.

Prix : 1.500 euros

Portrait d'homme en frac
Vign_WRIGHT
Thomas WRIGHT
1792 – 1849
 
Portrait d'homme en frac
 
Crayon et lavis 
Signée et datée en bas à droite « Th. Wright / 1841 »
10 x 13 cm
  

 

Thomas Wright était un graveur et portraitiste dessinateur anglais de la première moitié du XIXe siècle. En 1830, il partit à Saint-Petersbourg où il resta quinze ans comme portraitiste des personnages les plus célèbres présents à la cour de Russie. Ses portraits très fins, miniaturistes, de profil ou de face, sont très fidèles et plein de vie. Thomas Wright publia à Saint Petersbourg au début des années 1840 une série de portraits qu'il dessina et grava et intitulé « Les Contemporains Russes ».
Notre portrait, daté de 1841, est celui de face d'un jeune homme, relativement jeune, en frac, à la coiffe élégante typique de l'époque (comme le montrent d'autres portraits de personnages de la cour de Russie de Thomas Wright dans les années 1830), l'air espiègle ou cynique. Il s'agit peut-être d'un écrivain ou d'un scientifique au vu des lunettes portées, de l'air cultivé mais pas guindé.
 
Prix : 1.500 euros 
Paysage de montagne
Vign_Ciceri
Eugène CICERI
Paris, 1813 – Bourron-Marlotte, 1890
 
Aquarelle
23 cm x 31 cm

Signée en bas à droite : Cicéri

 
  

 

VENDU 

Fleurs
Vign_P1090124
Princesse MATHILDE, Mathilde Bonaparte dite
Trieste (Italie), 1820 – Paris, 1904

Aquarelle

23 cm x 18 cm
 
Signé en bas à droite : Mathilde
 
 

 

Mathilde Bonaparte dite « la princesse Mathilde » est la fille de Jérôme Bonaparte, le plus jeune frère de Napoléon. Elle a développé une activité régulière de peintre, non sans qualité notamment dans ses portraits et ses fleurs. D'un fort caractère et passionnée, elle a entretenu un salon accueillant les artistes et a eu une correspondance notamment avec Théophile Gautier et le peintre Ernest Hébert (de 1863 à 1904), qui montre son intérêt et son talent pour l'art de peindre qu'elle a exercé essentiellement à l'aquarelle.

 
Prix : 800 euros
Barques sur la plage près d'un phare
Vign_P1090058
Pierre LETUAIRE (Attribué à)
Toulon, 1799 – Toulon, 1884
Aquarelle
10 cm x 24 cm 
Inscription au dos : Pierre Letuaire
 
Pierre Letuaire est un des plus célèbres peintres Toulon qui a représenté sa ville, ses gens sur de multiples supports en privilégiant toutefois le dessin et l'aquarelle.

Prix : 500 euros

Le retour des champs
Vign_Hereau2
Jules HEREAU
Paris, 1839 – Paris, 1879
 
Fusain et rehauts de blanc
17 cm x 22 cm 

Signé en bas à droite du monogramme : JH 

 
 
Jules Héreau fait partie des peintres pré-impressionnistes normands qui travaillèrent à Honfleur dans les années 1860. Ami de Jongkind, Boudin et Cals, il fréquenta également Alphonse Allais et fut chargé de la protection des musées de Paris pendant la Commune.
Notre dessin est sans doute une étude préparatoire (traces de punaises aux angles, tableau de composition similaire au musée de Tours : Scène de fanage)
Les oeuvres de Jules Héreau sont conservées en France dans de nombreux musées notamment au Havre, à Amiens, Cherbourg, Rouen, Périgueux et Montpellier. 

VENDU

Narcisses et mysosotis
Vign_Villevieille2
Louise-Marie VILLEVIEILLE
Active entre 1922 et 1932
 
Aquarelle
28 cm x 38 cm
 
Signée en bas à droite : Louise Villevieille
Etiquette d'exposition au dos : Mme Vauquelin / 349 / Acheté à l'exposition nationale d'Horticulture de 1924
 
Elève de Blanche Odin, Louis-Marie Villevieille expose au salon des artistes français entre 1922 et 1932 des fleurs peintes à l'aquarelle.
On retrouve dans notre tableau les caractéristiques de la facture de Blanche Odin dont elle est très proche : sobriété de la composition, légèreté du lavis de couleurs, finesse et douceur du rendu des fleurs.
Ce tableau a été exposé sous le titre « Narcisse et Mysosotis » à l'exposition nationale d'Horticulture de mai 1924 à Paris.
Créée en 1827, la Societé nationale d'Horticulture de France soutient depuis longtemps les artistes ayant choisi le thème de l'art des jardins, les fleurs en particulier. C'est en 1889 que Van Gogh expose à la Société nationale d Horticulture son tableau Les iris. Aujourd'hui encore la section Beaux-arts de cette société organise régulièrement des expositions.
 
VENDU
Scène galante dans une taverne
Vign_HUOT
Eugène HUOT
Actif entre 1836 et 1841
 
Aquarelle
32 cm x 25,5 cm
Signé et daté en bas à droite : Eugène Huot / 1841
 
 
  
 
 
 
Notre aquarelle rappelle le Choc de cavalerie peint par Huot (Galerie Rehm à Götgen en Allemagne en 2000) dans les types et les costumes. Il peut s’agir d’un autre épisode anecdotique, peut-être tiré d’un roman de Walter Scott (Huot expose en 1841 une scène tirée du roman Ivanhoé) ou bien d’une scène de genre sur le thème des plaisirs du vin et du tabac, comme le suggère le motif représenté en trophée en dessous de l’aquarelle (une pipe et une bouteille de vin).
 
Eugène Huot est un peintre romantique qui a exposé au Salon de Paris de 1836 à 1841 des portraits et des scènes anecdotiques historiques (par exemple : L’Arrestation de Charles Gontaut, duc de Biron en 1602, exposé au Salon en 1838).
 
Notre aquarelle est datée de 1841. Huot a peint à l’époque du premier romantisme en France, fortement marqué par l’art hollandais dans les sujets et dans le style. Mais il y chez Huot une élégance dans les caractères et un choix de couleurs brillants qui rappellent la facture d’autres aquarellistes français de l’époque comme Célestin Nanteuil, Michel Génod, Grenier de Saint-Martin et Eugène Lami, tous influencés par l’art anglais (ce dernier notamment a appris l’aquarelle de Richard Parkes Bonington).
 
Prix : 1.100 euros
Le portail de Saint-Germain l'Auxerrois
Vign_P1080974
Louis SAINT ANGE DESMAISONS
Paris, 1780 – 1853 
 
Crayon et lavis sur calque
36 cm x 26,5 cm 
 
Signé en bas à droite des initiales : L.S.
 
 
 

 

Dessinateur et graveur au burin, Louis Saint-Ange Desmaisons fut élève de David, Percier, Brongniart et Vaudoyer. Il fut notamment dessinateur à la manufacture de Sèvres. Il a dessiné dans différents genres, pierres gravées, antiquités, médailles et bas-reliefs et autres pour illustrer de nombreux ouvrages (Le Voyage d’Orembourg à Boukhara, Le Catalogue du cabinet du grand-duc Michel, Le Voyage en Grèce de Bronsted…).
 
Le musée du Louvre conserve de lui deux dessins signés des mêmes initiales : Le spectre de Charles V et la Couronne de Liège. Notre dessin représente la porte d’entrée de l’église saint Germain l’Auxerrois à Paris, derrière le Louvre.
 
Prix : 1.300 euros
Fileuse et son enfant
Vign_P1090064
Jules TRAYER
Paris, 1824 – Paris, 1909
Aquarelle
42 x 26 cm
Dédicacée et signée en bas à gauche : « A Madame Didsbury  / Hommage respectueux / Trayer »
 

 

 

 
 
 
Trayer étudie à Metz avant de monter à Paris et s’inscrire à l’Académie suisse avec comme maître Lequien. Peintre de sujets bretons, il fréquente la région de Quimperlé ainsi que Concarneau et Pont-Aven entre 1851 et 1884. Il a peint des intérieurs aussi bien que des scènes de plein-air à partir de 1866, des scènes de marchés, de pardons et de fêtes populaires. Il expose au salon de 1847 à 1884.
Son style est académique, très dessiné avec de belles couleurs mais il respecte la réalité dans les costumes et les détails.
Cette aquarelle est dédicacée à Madame Didsbury, femme sculpteur à qui l’on doit notamment la grande et belle allégorie de la « Douleur » (1910) au cimetière de Montmartre, au-dessus de la tombe de son fils mort à l’âge de vingt ans.
Trayer est présent aux musées de Quimper, Metz, Carcassonne (en France) et aux musées Haynes (Broadway, Angleterre) et Walters (Baltimore, Etats-Unis).

VENDU

Charge de cavalerie
Vign_THFORT
Théodore FORT
1810 - 1896
 
Aquarelle sur papier
14,5 x 24,5 cm

Signé en bas à gauche : Th Fort


Prix : 750 euros

Paysage avec ruines
Vign_Beauvallet4
Pierre-François BEAUVALLET
Pithiviers (Loiret), 1801 – 1873
 
Aquarelle, rehauts de gouache sur papier 
34 x 45 cm
 
Signé et daté en bas à gauche : Beauvallet / 1846 
 
 
Cette belle aquarelle est signée et datée du peintre Pierre-François Beauvallet qui fut acteur dramatique à la Comédie française en même temps qu'il exposait aux Salon des paysages et ruines dans le style romantique (Vue prise à Montmartre (1836), Intérieur en ruine (1848), Vue prise dans les bruyères de Bellevue). Elève de Paul Delaroche, Beauvallet était doué pour l'aquarelle. D'un dessin très sûr, il savait aussi bien rendre la finesse des frondaisons que la clarté de l'eau et les dégradés de couleurs de la nature. Notre aquarelle est un bon exemple qui illustre un des nombreux talents de cet artiste romantique.
 
Prix : 700 euros
Paysage animé
Vign_lemay
Artiste : Olivier LE MAY (Valenciennes, 1734 – Paris, 1797)

Date : Vers 1760-1770

Dimensions : 34 cm x 47 cm

Technique : Aquarelle et gouache sur papier (encadrée)

Inscription : Signée en bas au centre vers la gauche O. Lemay pinx


Olivier Le May est un peintre paysagiste du XVIIIe siècle originaire de Valenciennes et qui fut élève de Philippe-Jacques de Loutherbourg à Paris à partir de 1755. Il fut comme lui un grand voyageur en Europe - Bruxelles, Paris, l'Italie. Il fut reçu à l'Académie de Valenciennes en 1785.

Sa technique de l'aquarelle se caractérise par un dessin naturaliste des frondaisons, une science de tradition nordique de la composition qui rappelle les paysages du hollandais Nicolas Berchem (dont Loutherbourg s'inspirera également) et des couleurs vives, voir acides qui préfigurent le paysage fantastique anglais. D'où une formule originale et moderne à l'époque.

Notre aquarelle porte le cachet de la collection du baron Roger Portalis, grand collectionneur de dessins du XVIIIe siècle.

Les oeuvres de Le May sont conservées notamment au musée du Louvre et au musée des Beaux-Arts de Valenciennes. 

VENDU au musée des Beaux-Arts de Valenciennes
© 2010
Créer un site avec WebSelf