Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
GALERIE Tristan de Quelen
Bouquets de fleurs
Vign_20181205_112629_3
Jean-Marie REIGNIER
Lyon, 1815 – Lyon, 1886
 
Paire de gouaches
31,5 x 23,5 cm
 
Signées et datées en bas « REIGNIER / 1852 »
 
 
Jean-Marie Reignier est un peintre de fleurs de Lyon. Son style très descriptif et décoratif – il apprit son métier dans la grande tradition de la peinture lyonnaise auprès d'Antoine Berjon puis Augustin Thierriat (qu'il remplaça comme professeur de fleurs à l'Ecole des Beaux-Arts de Lyon en 1854). Les critiques y voit "l'excellence " et "l'habileté de l'exécution" et "le dessin riche" à une époque où «la nouvelle école, moins décorative (…) plus simple et plus vraie, fait passer avant l'anatonie botannique de la fleur, le souci des apparences extérieures et des contours généraux». Il tint un atelier à partir de 1845 qui eu un grand succès. Il est considéré avec Thierriat, Lepage et Saint-Jean comme un des plus importants professeurs dans l'histoire de la peinture lyonnaise de fleurs au XIXe siècle. Ses œuvres sont notamment conservées au musée des beaux-arts de Lyon, de Grenoble et au musée Tessé du Mans.

RESERVE

Bouquet de fleurs
Vign_20181128_091652
Ernestine PANCKOUCKE
1784 - 1860
 
Aquarelle sur vélin (traces de crayon)
27 x 22 cm
 
Signée et datée en bas à droite « Ernestine Panckoucke / 1840 »
 
 
 
 
 
 
Peintre de fleurs et illustratrice de planches botaniques de fleurs, Ernestine Panckoucke est une des meilleures élèves de Pierre-Joseph Redouté avec qui elle étudia au jardin des Plantes. Elle se définissait elle-même comme « traductrice des poèmes de Goethe, élève de  Redouté and illustratrice de la "Flore Médicale"' de François Pierre Chaumeton (publiée par son mari Charles Louis Fleury Panckoucke).
Une de ses oeuvres a figuré dans la collection du duc de Berry (vente de 1834) et d'autres sont présentes dans de nombreux musées en France et à l'étranger.
Notre aquarelle est réalisée sur vélin et est datée de 1840. Elle est un bon exemple de l'art d'Ernestine Panckoucke qui était connue pour la précision des descriptions de ses planches botaniques et de ses fleurs ainsi que la qualité de sa facture, très proche des oeuvres tardives de Redouté. 

Prix : 1.500 euros

Porrait de Lucienne Bisson à 13 ans
Vign_20181123_164309

Frédérique VALLET

Asnières-sur-Seine, 1862 – Orgeval, 1948

Pastel sur toile

40 x 32 cm

Signé en bas à gauche "Frédérique Vallet"

Titré et daté à droite «Lucienne / 1893»

 

Lucienne est la fille d'Auguste Renoir et Frédérique Heyne Elle naît en 1880. Ce portrait d'elle à l'âge de 13 ans est un rare souvenir, un portrait peint par sa mère, de cette femme qui sera elle aussi peintre sous le nom de Lucienne Bisson (en 1884 Frédérique Heyne se mariera avec Jean Antoine Alexandre Vallet et se remariera avec Edouard Bisson en 1896). Dans les années 1880 Frédérique Vallet-Bisson intégre l'Académie Jullian et fut l'élève de Jules Joseph Lefvre. Elle exposera au Salon des Artistes Français de 1890 à 1945, des portraits notamment. Elle a été vice-prsisdente de l'Union des Femmes Peintres et Sculpteurs dans les années 1900. Lucienne Bisson elle, expose au Salon de 1900 à 1939. Elle a été présidente de la Société Féminine des Artistes. Ella peint des paysages animés, des portraits et des fleurs.

Prix : 800 euros

Salon littéraire de Charles Buet avenue de Breteuil à Paris (VIIe)
Vign_20181121_165335
Henry LANGLOIS
1853 - 1925

Gouache

47 x 64 cm
Signée et dédicacée à Charles Buet en bas à gauche
 
 
 
 
Charles Buet est un écrivain catholique engagé qui tenait un salon littéraire recevant Léon Bloy, Jean Moréas, Jules Barbey d'Aurevilly (ici représenté, d'après le tableau d'Emile Lévy conservé aujourd'hui au musée de Versailles). Charles Buet est également ici représenté avec sa femme et son fils.
Henry Langlois a participé à la revue dirigée par Charles Buet La Minerve en 1885 où il rédigeait la rubrique "Causerie artistique" à côté de Joséphin Péladan, Roger Marx, Paul Guigou dans la rubrique artistique, et Léon Bloy, François Coppée et Joris Karl Huysmans dans la rubrique littéraire.
Cette gouache représente l'intérieur de Charles Buet avenue Breteuil à Paris (VIIe), sans doute vers 1885 (le portrait de Barbey d'Aurevilly peint par par Emile Lévy date de 1882) avec beaucoup de détails historiquement intéressants.

RESERVE

Nu de femme allongée
Vign_20181101_173938

Ecole française de la fin du XIXe siècle

Pastel

20 x 40 cm

Cachet de cire de la collection Louis Maudet et numéro 220 au dos

RESERVE

La chasse aux crocodiles
Vign_20180607_152750

Louis-Nicolas VAN BLARENBERGHE (Attribué à)

Lille, 1716 – Fontainebleau, 1794

Gouache sur vélin

33 x 49 cm

Inscription au dos « Blarenberg »


Peintre et miniaturiste originaire de Lille, Louis-Nicolas Van Blarenbeghe fait partie d'une famille de peintres de batailles, de ports et de scènes de chasse du XVIIIe siècle. Père de Henri-Joseph et fils de Jacques-Guillaume dont il fut sans doute l'élève, Louis-Nicolas van Blarenberghe devient le peintre attitré du duc de Choiseul vers 1750. Ses scènes de ports, ses scènes de batailles et de chasse sont réalisées sur le vif, ce qui donne à ses œuvres une valeur historique remarquable. Son art allie la précision du dessin et le sens du récit des scènes de genre flamandes à la beauté, la finesse et l'harmonie des tons dans le rendu de la nature suivant les grands maîtres du paysage flamand et l'équilibre classique de la composition et le réalisme des lieux – voir la précision topographique - plus français.

Plusieurs scènes de chasse sont passées en vente aux enchères, notamment une à l'hôtel des ventes de Drouot en 1930 ( »L'Hallali », Toile, 13 x18 cm) et deux en 1991 à l'hôtel des ventes de Bourg-en-Bresse (« Scènes de chasse », Gouache sur vélin, 13 x 11 cm) dont le style, les motifs et les couleurs sont très proches de notre gouache. L'originalité de notre tableau inédit est son sujet, de multiples scènes de combat impliquant des crocodiles. Il s'agit peut-être d'une scène de chasse aux crocodiles ou d'une scène de bataille avec des crocodiles. La scène se situe probablement en Orient vu les costumes. La finesse du dessin et la fraîcheur des couleurs et le beau rendu des arbres et de la végétation montrent la qualité de cette gouache sur vélin dont la fragilité est toutefois à signaler.

Prix : 12.000 euros

Chevaux dans un paysage animé (étude)
Vign_20180724_144911
 
Jean-Louis DEMARNE
Bruxelles, 1752 – Paris, 1829
 
Crayon et lavis
16 x 21 cm
 
Signée en bas à droite « Demarne »
 
 
Jean-Louis Demarne est célèbre pour ses petits tableaux reprenant le goût hollandais pour les scènes de genre dans des paysages champêtres. Mais il fut d'abord agréé à l'Académie royale en 1783 comme peintre d'animaux. Notre dessin est une belle étude et est intéressant à cet égard. Le sujet inhabituel – une étude de chevaux dans un paysage animé – montre le travail préparatoire du peintre avant de réaliser une composition plus importante et peinte, avec de nombreux détails , comme les barques en bas à droite et le personnage qui retient les cheveaux à gauche.

Prix : 450 euros

Scène de chasse à courre
Vign_302008-1
Georges BUSSON
Paris, 1859 - Versailles, 1933
 
Aquarelle
25 x 37 cm
Signée et datée en bas à droite "Georges Busson / 1918"
 
 
 
Scène de chasse à courre juste après un Bât-l'eau de l'équipage Vouzeron Sologne conduit par le baron Roger dans le Cher, dont Busson a suivi régulièrement les chasses. Ici nous sommes en 1918 pour la composition finale, l'esquisse sur place ayant sans doute a été exécuté avant la guerre. Cette scène croquée sur le vif a tout le charme et la fraîcheur de l'autenticité.

VENDU

Les Comédiens italiens
Vign_20180629_144516
Ecole française première moitié XVIIIe
 
Pierre noire et craie blanche
 23 x 19 cm
Inscription au crayon au dos « Ch. Coypel »
 
 
 
 
 
 
 
 
Ce dessin aux « deux crayons » (pierre noire et craie blanche) représente des Comédiens italiens et rappelle des œuvres, dessins et peintures, d'Antoine Watteau. 
Une inscription au dos indique « Charles Coypel ». Il n'est pas impossible que Charles-Antoine Coypel (1694-1752) ait fait dans sa jeunesse, comme beaucoup d'autres artites à l'époque, quelques dessins dans le style et à la suite d'Antoine Watteau.
Mais il pourrait s'agir plutôt d'un dessin de Jean-Baptiste Pater dont certains tableaux comme celui exposé au musée de Leningrad en 1965 « Conversation galante dans un parc » ne sont pas sans rappeler notre dessin dans le traitement des visages, les poses et le sujet bien-sûr.
 
Prix : 1.500 euros
Paysage au berger et son troupeau
Vign_20180621_120512
Eugène VERBOECKOVEN
Warneton, 1798 – Schaerbeek, 1881
 
Aquarelle
19 x 27 cm
 
Signée et datée en bas à droite « E.V. / 1845 »
 
 
Peintre et aquarelliste animalier belge, Eugène Verboeckhoven fut élève de Balthazar Ommeganck. Il expose à Gand dès 1820. Il sera également directeur général des musées de Bruxelles. 
 
Prix : 800 euros
Vue de la campagne romaine
Vign_20180401_174240

Jodocus Sebastiaen VAN DEN ABEELE

Gand, 1797 - Gand, 1855

Aquarelle

20 x 30 cm

Signée datée et située en.bas à droite "Abeele / 1828 / Roma"

 

Prix : 1.500 euros

Portrait de mademoiselle Baud
Vign_20180320_130809_1_
Gustave COURTOIS
Pusey (Haute-Saône), 1853– Paris, 1923

Pastel et crayon

40 cm x 30 cm

Signé, daté en bas à droite: G. Courtois / 1907

Inscription au dos "Mademoiselle Baud / Vesoul / numéro 353"

 
 
 
Gustave Courtois a réalisé nombre de portraits de femme, pour la plupart d'élégantes parisiennes. Il s'agit ici plutôt d' un portrait d'une jeune fille du pays, situé à Vésoul. Le personnage, "Mademoiselle Baud", appartient peut-être à la famille de Jean Baud qui connaîtra le succès dans la distribution française avec l'enseigne Franprix dans les années 1950. Un numéro figure à l'envers du dessin "353", peut-être un numéro d'exposition.

RESERVE

La Sainte Famille
Vign_20181105_123710
Victor René LIVACHE
1872 – 1944
 
Gouache et crayon sur papier
43 x 33 cm
 
Signé en bas à droite « VR LIVACHE / Rome 1910 »
 
 
 
 
 
 
 
Peintre et dessinateur né à Angers, Victor René Livache a travaillé pour de nombreuses églises. Il a réalisé des fresques, des peintures décoratives et des vitraux, notamment pour la cathédrale Saint Maurice à Angers. Il fût également directeur de l'école des Beaux-Arts d'Angers entre 1921 et 1944.
Notre tableau est situé à Rome. Il s'agit d'une jolie étude bien aboutie, une copie réalisée sans doute à Rome, et qui servira comme carton pour le travail ensuite d'un maître verrier.
 On reconnaît les qualités de dessin de ce fils de peintre (Victor Livache, lui-même élève de Léon Cogniet) qui a été influencé dans ses couleurs et sa lumière par les grands maîtres post-impressionnistes de la peinture religieuse de son époque tels que Maurice Denis.
Notre tableau est daté de 1910. Il a exposé cete année-là au salon des Artistes le Jeu de la Rose, une grande composition de 2 mètres sur 2 mètres 50.

Prix : 800 euros
L Exaltation de la Croix
Vign_20180111_114929
Johann Jacob HOCH
Mayence, 1750 - 1829
 
Crayon
33 x 21 cm
 
Signé et daté en bas à gauche "Johann Jacob Hoch / 13 Juillet 1778"
 
 
  

 

 
Johann Jacob Hoch est un peintre et dessinateur allemand. Né dans une famille de peintres de Mayence, il se forme à Vienne entre 1778 et 1783. Il réside à Paris en 1783 . Il est connu pour le le caractère détaillé voir miniaturiste de ses oeuvres, caractéristique des dessinateurs allemands du dernier tiers du 18e siècle.
  
Prix : 800 euros
Scène mythologique
Vign_268309-1
Pierre REVOIL
Lyon, 1776 - Paris, 1842
 
Crayon sur papier
14 x 15,5 cm
Cachet de la collection Genod

 

 

Prix : 550 euros

Scène galante dans une taverne
Vign_HUOT
Eugène HUOT
Actif entre 1836 et 1841
 
Aquarelle
32 cm x 25,5 cm
Signé et daté en bas à droite : Eugène Huot / 1841
 
 
  
 
 
 
 
 
Notre aquarelle rappelle le Choc de cavalerie peint par Huot (Galerie Rehm à Götgen en Allemagne en 2000) dans les types et les costumes. Il peut s’agir d’un autre épisode anecdotique, peut-être tiré d’un roman de Walter Scott (Huot expose en 1841 une scène tirée du roman Ivanhoé) ou bien d’une scène de genre sur le thème des plaisirs du vin et du tabac, comme le suggère le motif représenté en trophée en dessous de l’aquarelle (une pipe et une bouteille de vin).
 
Eugène Huot est un peintre romantique qui a exposé au Salon de Paris de 1836 à 1841 des portraits et des scènes anecdotiques historiques (par exemple : L’Arrestation de Charles Gontaut, duc de Biron en 1602, exposé au Salon en 1838).
 
Notre aquarelle est datée de 1841. Huot a peint à l’époque du premier romantisme en France, fortement marqué par l’art hollandais dans les sujets et dans le style. Mais il y chez Huot une élégance dans les caractères et un choix de couleurs brillants qui rappellent la facture d’autres aquarellistes français de l’époque comme Célestin Nanteuil, Michel Génod, Grenier de Saint-Martin et Eugène Lami, tous influencés par l’art anglais (ce dernier notamment a appris l’aquarelle de Richard Parkes Bonington).
 
Prix : 900 euros
Fileuse et son enfant
Vign_P1090064
Jules TRAYER
Paris, 1824 – Paris, 1909
Aquarelle
42 x 26 cm
Dédicacée et signée en bas à gauche : « A Madame Didsbury  / Hommage respectueux / Trayer »
 

 

 

 
 
 
 
 
 
Trayer étudie à Metz avant de monter à Paris et s’inscrire à l’Académie suisse avec comme maître Lequien. Peintre de sujets bretons, il fréquente la région de Quimperlé ainsi que Concarneau et Pont-Aven entre 1851 et 1884. Il a peint des intérieurs aussi bien que des scènes de plein-air à partir de 1866, des scènes de marchés, de pardons et de fêtes populaires. Il expose au salon de 1847 à 1884.
Son style est académique, très dessiné avec de belles couleurs mais il respecte la réalité dans les costumes et les détails.
Cette aquarelle est dédicacée à Madame Didsbury, femme sculpteur à qui l’on doit notamment la grande et belle allégorie de la « Douleur » (1910) au cimetière de Montmartre, au-dessus de la tombe de son fils mort à l’âge de vingt ans.
Trayer est présent aux musées de Quimper, Metz, Carcassonne (en France) et aux musées Haynes (Broadway, Angleterre) et Walters (Baltimore, Etats-Unis).

VENDU

Paysage animé
Vign_lemay
Artiste : Olivier LE MAY (Valenciennes, 1734 – Paris, 1797)

Date : Vers 1760-1770

Dimensions : 34 cm x 47 cm

Technique : Aquarelle et gouache sur papier (encadrée)

Inscription : Signée en bas au centre vers la gauche O. Lemay pinx


Olivier Le May est un peintre paysagiste du XVIIIe siècle originaire de Valenciennes et qui fut élève de Philippe-Jacques de Loutherbourg à Paris à partir de 1755. Il fut comme lui un grand voyageur en Europe - Bruxelles, Paris, l'Italie. Il fut reçu à l'Académie de Valenciennes en 1785.

Sa technique de l'aquarelle se caractérise par un dessin naturaliste des frondaisons, une science de tradition nordique de la composition qui rappelle les paysages du hollandais Nicolas Berchem (dont Loutherbourg s'inspirera également) et des couleurs vives, voir acides qui préfigurent le paysage fantastique anglais. D'où une formule originale et moderne à l'époque.

Notre aquarelle porte le cachet de la collection du baron Roger Portalis, grand collectionneur de dessins du XVIIIe siècle.

Les oeuvres de Le May sont conservées notamment au musée du Louvre et au musée des Beaux-Arts de Valenciennes. 

VENDU au musée des Beaux-Arts de Valenciennes
© 2010
Créer un site avec WebSelf