Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
GALERIE
TRISTAN DE QUELEN
 
Vign_206_17021_25
Ludwig BOLLER
Francfort, 1862 – Munich, 1896
 
Huile sur toile
41 cm x 32 cm 
 
Signé en bas à droite : L. Boller
 
 
 
 
 
Louis Ludwig Boller est un peintre paysagiste allemand. Il effectue en 1868 et 1869 des voyages d'études en Galice, en Russie et en France. Au musée du Louvre, il étudie les peintres hollandais Paulus Potter et Albert Cuyp. Il se forme ensuite à Karlsruhe à partir de 1883 auprès d'Hermann Baisch.
Comme pour son maître dans les années 1870, les œuvres de Boller sont caractérisées par un aspect décoratif, une teinte dorée et grise argentée, un naturalisme et une belle lumière. Hermann Baisch était avec Lier et Gustav Schönleber le fondateur d'un genre nouveau du paysage à Munich dans les années 1870 caractérisée par sa représentation naturelle simple et lumineuse.
Basé à Munich depuis 1886, Boller y peint principalement des paysages sur le motif des hauts plateaux de Bavière, des vues pittoresques de la campagne avec tourbières. En 1896 avec Stanisława Janowskiego, grand directeur artistique du projet, il participe à un panorama des Haute Tatra. En 1893-1894, en collaboration avec Tadeusz Popiel il peint un grand paysage panoramique de « la bataille de Raclavice » de 114 mètres de long sur 15 mètres de large (Musée de Wroclaw (Vradislavie) en Pologne).
Les peintures de Boller sont notamment présentes dans des collections privées à Francfort et Offenbach.
 
Prix : 2.500 euros
Le berger
Vign_P1090436
Ecole allemande vers 1900
 
Huile sur carton
27 cm x 35 cm 
 
Inscription au dos : Otto Eickman ?
 
 
Notre tableau est sans doute allemand et de l 'époque de l'Art nouveau. Il pourrait s'agir d'une oeuvre du graphiste allemand et dessinateur célèbre Otto Eckmann qui a été peintre avant 1900. Notre tableau est proche de sa composition Printemps, (Kunsthalle de Hambourg) par les couleurs, la touche et le dessin notamment des arbres (tronc et feuillage). Figure sur notre tableau un monogramme non identifié et au verso une inscription « Otto Eickman ?».
 
Prix : 1.500 euros
Bateaux devant les falaises
Vign_P1090402
Léon TREMISOT
Paris, 1808 - Paris, 1893
 
Huile sur toile
30 x 46 cm
 
Signé en bas à droite : L. Tremisot
 
 
Elève de Théodore Gudin, Léon Trémisot exposa au salon de 1846 à 1893 des marines finement dessinées, avec de beaux effets de lumière comme son maître mais dans des tons et des couleurs plus vives et plus gaies avec une rechecrhe de clair-obscur remarquable. Le musée d'histoire de Saint-Malo conserve de lui un Abordage du Triton par le Cartier qui a appartenu à la collection de la famille du corsaire Robert Surcouf.

Prix : 2.500 euros

Le Mont-Dore (Puy-de-Dôme)
Vign_P1090373
Jean DESBROSSES
Paris, 1835 – Paris, 1906
 
Huile sur toile
35 cm x 57 cm
 
Signée en bas à droite : JEAN DESBROSSES
Etiquette au dos : 1893 ? / Le Puy-Gros / Le Mont-Dore
 
Frère de Léopold et Joseph Gabriel Desbrosses, Jean Desbrosses exposa au Salon des Artistes Français entre 1861 et 1906. Ami et confrère d'Antoine Chintreuil, ils peignirent longtemps ensemble. 
 
Il s'agit ici d'un de ses sujets favoris, le Mont-Dore, vu par au dessus, avec le Puy-Gros en fond. Au Salon de 1892, Jean Desbrosses exposa un Chemin des artistes (Mont-Dore-les-bains) qui est sans doute notre sujet, sous le numéro 543. Desbrosses découvrit le Mont-Dore en 1878 à l'occasion d'une cure pour soigner son asthme. La facture du tableau est encore très proche de celle de son maître Antoine Chintreuil disparu en 1873. Mais caractéristiques de Desbrosses sont la présence d'un vert intense, un beau reflet de la lumière matinale sur le vaste ciel et un bel effet de perspective atmosphérique profond et intense. 
 
Prix : 3.000 euros 
Les lavandières
Vign_DSCN0013
Eugène DECAN
Paris, 1829 – Paris, 1893
 
Huile sur toile
19 x 24 cm
 
Signé en bas à gauche "Eug. Decan"
 
 
Elève de Léon Cogniet, Eugène Decan exposa des paysages et des scènes de genre en Normandie tels que Vue prise à Villers-sur-Mer (Salon de 1864) et Une noce normande (Salon de 1877). Decan est aussi connu comme peintre de la vallée de la Marne et ami de Camille Corot.
 
Prix : 800 euros
Bord de Seine
Vign_Sauzay
Adrien Jacques SAUZAY
Paris, 1841 – Paris, 1928
 
Huile sur toile
35 cm x 62 cm
Signé en bas à gauche : A. Sauzay
 
 
Adrien Sauzay débuta au Salon en 1863. Il fut l'élève de Jules André et Pasini.
Paysagiste de l'Ile-de-France et de la Normandie, il affectionnait les cours d'eau et les paturages. Il fait partie de cette école de peinture très dessinée avec une lumière très fine qui fut appréciée pour son aspect très décoratif.
Le musée d'Orsay conserve de lui Les lavoirs bleus, à Villeneuve-la-Garenne (île Saint-Denis). Les musées des Beaux-Arts du Havre et de Brest conservent également des œuvres de Sauzay.

VENDU

Vue de village
Vign_Berthelon
Eugène BERTHELON
Paris, 1829 – 1916
 
Huile sur panneau
20 cm x 30 cm
Trace de signature en bas à gauche
  

Eugène Berthelon fait partie des peintres paysagistes académiques au dessin précis et à la fine lumière, caractéristique des années 1860 à 1890. Il expose régulièrement au Salon à partir de 1864. 

Ses sujets favoris sont la vallée de la Bièvre, Fontainebleau, et la Normandie et le nord de la Bretagne.
Il est présent notamment dans les musées de Rouen, Senlis et Roubaix.
 
VENDU 
Paysage au soleil couchant
Vign_P1090083
Walter WILLIAMS
Barnes, 1834 – Richmond, 1906
 
Huile sur toile
19 cm x 38 cm
 
Etiquette d'exposition au dos à la galerie N.R. Omell (numéro 51. Winter. W. Williams)(Avril-mai 1975)
 
 
Walter Williams fait partie de la famille Williams, famille célèbre de peintres de paysages idéalisés à l'époque victorienne, dans la seconde moitié du XIXe siècle, aussi connu comme « l'Ecole Barnes ». Walter Williams né à Barnes est le fils de George Augustus. Il exposa à l'Académie royale à Londres dans les années 1850 et 1860. On le confond souvent avec Walter Heath Williams qui n'est pas de la même famille. Les compositions de Walter Williams sont plus sombres et il recherche un effet de lumière (au soleil couchant notamment) ; ses sujets comportent généralement un champ de blé et sont situés le plus souvent dans le nord du pays de Galles. Edward Williams, le fondateur de l'Ecole Barnes, était connu également pour ses paysages recherchant un fort clair-obscur dans des compositions éclairées par la lune ou le soleil couchant. 
 
Notre tableau est le numéro 51 de l'exposition sur la famille Williams organisée à la galerie Omell à Londres en 1975. 
 
Prix : 2.500 euros 
Vue prise aux environ de Chevreuse
Vign_P1080860_2
Elisabeth-Léonie LASCOSTE-CHOLET
Nantes, 1821 –?
 
Huile sur toile
41 cm x 33,5 cm
 
Signé en bas à droite : Léonie Lacoste Cholet
Inscription sur une étiquette ancienne au dos : "Vue prise aux environs de Chevreuse"
 

 

Léonie Lacoste-Cholet expose de 1839 à 1848 au Salon de Paris et au Salon des Beaux-Arts de Nantes sous son nom de jeune fille Cholet, des paysages de Normandie, de la région nantaise et des environs de Paris. Une Vue prise aux environs de Chevreuse a été exposée au Salon de Paris de 1847.
Elle fut l'élève à Paris de Victor-Marie Danvin qui a concouru pour le prix de Rome en 1829. Son style romantique, le fini de son dessin et le choix de ses vues a été apprécié à son époque, Léonie Lacoste-Cholet a également dessiné des paysages destinés à la gravure.
 
VENDU
Scène de pêche au coucher du soleil
Vign_P1080855
Théophile DEYROLLE
Paris, 1844 - Concarneau, 1923
 
Huile sur toile
24,4 x 35 cm
 
Signé et daté en bas à gauche : TH Deyrolle / 1912 
 

 

Théophile Deyrolle fut élève d’Alexandre Cabanel et Fernand Cormon. Il est à l’origine, avec Alfred Guillou, de la communauté de peintres qui s’établit à Concarneau dans les années 1870. Son style, à la différence de l’art de Pont-Aven, est proche de l’académisme, tout en restant fidèle à la réalité de la vie locale (fêtes, foires, pardons, scènes de pêche..).
 
Dans notre tableau il y a toutefois une influence de l’art impressionniste. Comme l’écrit l’historien concarnois Auguste Dupouy « plus tard, la palette de Deyrolle s'est enluminée, il a cherché davantage des tons vibrants et chauds, l'incident pittoresque, l'effet d'éclairage. Est-ce sous l'influence des succès impressionnistes ? »
 
Deyrolle a exposé au Salon à partir de 1876. Ses oeuvres sont présentes dans de nombreux musées notamment à Quimper, Vitré, Lille, Pau et au musée d’Orsay.
 
VENDU
Plage du Ris, Douarnenez
Vign_LANSYER2
Emmanuel LANSYER
Ile-de-Bouin (Vendée), 1835 – Paris, 1893
 
Huile sur toile 
43 x 59 cm
Signée et datée en bas à gauche « Lansyer 1874 »
 
 
 
Marqué par l’art de Gustave Courbet dans l’atelier duquel il passa en 1861, Lansyer est un paysagiste remarquable par le jeu de clair-obscur et le rendu de la matière. Dans notre tableau, les rochers sombres et massifs du premier plan contrastent avec le ciel très lumineux bien que gris. Lansyer fut également élève de Harpignies avec qui il alla peindre dans la forêt de Fontainebleau. La finesse de la lumière et le souci des détails descriptifs sont aussi caractéristiques de son art.
 
La description du tableau de mêmes dimensions de 1874 numéroté 533 dans l’inventaire du peintre parle de « rochers détachés aux premiers plans au Ris [à la plage du Ris près de Douarnenez] (temps gris) ». 
 
Les descendants du peintre ont légué 400 œuvres de l’artiste à la ville de Loches (Indre-et-Loire) qui a créé un musée qui existe toujours et expose du 4 juin au 2 novembre 2016 «  Courbet s’invite chez Lansyer ».
 
VENDU
© 2010
Créer un site avec WebSelf