GALERIE Tristan de Quelen
Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
Le temple d'Isis à Philae
Vign_20200323_113334
Charles RUDHARDT
Genève, 1829 – Paris, 1895
 
Huile sur toile
Signée et datée en bas à droite « Ch. Rudhardt / 93 »
Etiquettes au dos « N°7 du catalogue / Philae de la cataracte (Nubie) » et  « 9 Xre 1901 » 
27 x 41 cm
 
Charles Rudhardt est un peintre et céramiste genevois établi à Paris en 1862.
Le musée Ariana de Genève conserve de lui un vase gros-bleu à deux anses et têtes d'éléphant en porcelaine et le musée des Arts décoratifs de Paris un beau vase en faïence émaillée avec décor d'un Japonais par Gicqueau.
Il a peint également quelques tableaux très décoratifs enter 1885 et 1893, souvenirs d'Egypte décrivant des sites pittoresques aux couleurs vives et aux profils architecturaux bien découpés (l'Obélisque de Thoutmosis 1er à Karnak, le Temple d'Isis à Philae, Une jeune fellah au Caire).

Prix : 2.500 euros

Péniches sur la Sambre près de Namur
Vign_20200307_092124
Gustave MASCART
Valenciennes, 1834 - Paris, 1914
 
Huile sur toile
54 x 73 cm (hors cadre)
Signée en bas a droite "G. Mascart"
Une étiquette de collection était collée sur le recto du tableau avant nettoyage
Inscription illisible sur sur le chassis au revers
 
Peintre originaire de Valenciennes, Gustave Mascart est d'abord élève d'Hubert Potier puis d'Henri Durand-Brager. Il expose au Salon en Belgique (Bruxelles, Anvers et Gand) dans les années 1870, au Salon de Paris dans les années 1880 et au Salon de Nantes dans les années 1890.
Paysagiste classique du second Empire, Mascart montre un attachement au dessin, aux détails et sa peinture est marquée par des nuances subtiles de couleurs et une fine lumière.
Il a représenté des paysages animés, en Belgique en particulier, mais aussi de différents endroits en France, toujours des lieux pittoresques. Il aime les plans d'eau et les canaux.
Ici il s'agit d'une vue des péniches sur la Sambre, un affluent de la Meuse, dans le pays namurois avec la citadelle de Namur dans les hauteurs.
Des tableaux de Mascart sont conservés dans de nombreux musées, en France à Tatihou (Bateaux sur la grève), Bernay (Eure), Meaux (Barques de pêche à Nieumont (Belgique)) et Saintes (Vue prise à Huy sur la Meuse) et en Belgique à Ostende (Le port d'Ostende et la gare maritime).
 
RESERVE
La Rosina
Vign_20200222_134705
Charles Henry SEAFORTH
Naples, 1801 - Naples, 1872
 
Huile sur toile
Signée et datée en bas à droite « CH Seaforth / 1866 » 
Titré au dos « Rosina »
Dédicacée au dos « A Mme Giroux »
44 x 60 cm (hors cadre)
 
 
Bien que pas marin de formation, Charles Henry Seaforth était passionné par les bateaux et il se spécialisa dans les marines en tant que peintre. Né à Naples en 1801, il est contemporain étant alors enfant, des grandes victoires de la Royal Navy en Méditerranée, ce qui a pu l'influencer dans son choix de carrière (en 1805 a lieu la victoire de Trafalgar et en 1806 la protection par la Royal Navy de la fuite de Ferdinand IV lors de l'épisode de l'invasion de Naples par les Français).
Il se rend à Londres et expose à la Royal Academy à partir de 1822. En 1838 il expose son célèbre tableau « Part of the Battle of Trafalgar », une grande composition qui fit beaucoup pour sa notoriété.
Il travaille à Londres jusqu'en 1852. Il expose au Salon de Paris dans les années 1860. Puis il retourne à Naples.
Deux tableaux de lui sont conservés au National Maritime Museum de Greenwich (« A three-decker at Spithead » et «HMS Forte passing Eddystone Lighthouse »).
Notre tableau est le portrait d'un navire français qui est du même type les navires français présents pendant la bataille de Trafalgar le 21 octobre 1805 notamment le Fougueux, l'Indomptable et le Bucentaure. Une inscription au dos indique qu'il s'agit du navire la « Rosina ». Notre tableau est daté de 1866 et est dédicacé « à Mme Giroux ». 

Prix : 2.000 euros

 
Vign_20191223_090159_2_
Ecole française ou danoise vers 1840/1850
Entourage de Christoffer Whilhelm ECKERSBERG
 
Huile sur toile
33 x 47 cm (53 x 63 cm avec cadre)
Trace de signature en bas à droite 
Marque du marchand de toile au dos "A. Ottoz Elève de Mr Bulot / Rue de la Michodière n2"
 
 
Prix : 2.000 euros
Retour de pêche sur la côte en Normandie
Vign_20191214_221118
Eugène LE POITTEVIN (Attribué à)
Paris, 1806 - Paris, 1870
 
Huile sur toile
60 x 73 cm
 
Artiste d'origine normande d'une famille établie à Rouen, Eugène Le Poittevin a fait la promotion avec Eugène Isabey, d'Etretat et de sa région où se retrouvaient toute une communauté d'artistes tels que son  petit-neveu Guy de Maupassant, Charles Landelle, Hugues Merle, Bertall, Dumas, Offenbach... Le Poittevin acheta une villa « La Chaufferette » en 1851 et fit installer dans son jardin un atelier dans une « caloge » (vieille embarcation transformée) où il accueillera notamment Gustave Courbet et Claude Monet.
Le peintre a le caractère de son époque, à la fois frivole et sérieux. Il multiplie ses toiles dont la qualité varie avec des sujets allant du léger et anecdotique (comme ses retours de pêche sur la plage d'Etretat) au plus sérieux (comme son épisode d'une guerre anglo-hollandaise , Château musée de Dieppe). 
Son art fut confondu avec celui d'Eugène Isabey à l'époque par les critiques de Salons (où il expose à partir de 1831). Mais sa facture est plus crémeuse, sa palette plus claire et ses sujets plus réels et plus paisible que dans l'art d'Isabey, bien qu'adoptant parfois le style très romantique du drame anecdotique (du naufrage notamment). On le confondra aussi avec Jules Noël dont les peintures sont plus dessinées et dont les sujets sont généralement plus centrés sur la mer ou à l'inverse sur les vues de ville.
Notre tableau est caractéristique dans sa facture, très lumineux et avec de belles couleurs. Le lieu décrit reste à identifier mais il peut s'agir aussi d'une vue de la côte normande dans la région d'Etretat.
 
Prix : 2.500 euros
 
Paysage de plaine avec un chemin animé
Vign_20191031_122726
Alexandre CHANTRON
Nantes, 1842 – Paris, 1918
 
Huile sur panneau de bois
25 x 46 cm (36 x 56 cm avec le cadre)
Signée et datée en bas à gauche «A.J Chantron / 1884 »
 
 
Elève de François-Edouard Picot, William Bouguereau et Tony Robert-Fleury, Alexandre Chantron est un peintre « pompier » qui a excellé dans tous les genres.  Peintre de Salon, il expose au Salon des Artistes Français à Paris à partir de 1877, surtout d'abord des portraits et des fleurs, puis à partir de 1886 des scènes de genre et des scènes allégoriques. Il a régulièrement peint aussi des paysages (Paysage enneigé (1879)(marché de l'art), Le bourg d'Oudon (vers 1890) et La plage aux pins (vers 1910)(Musée des Beaux-arts de Nantes).
Notre tableau est daté de 1884. En pleine période impressionniste, Chantron reste attaché à la tradition académique. La finesse de son dessin, en particulier de ses arbres et la subtilité de ses jeux de lumière , entre le ciel et la nature avec de belles ombres portées, donnent beaucoup de charme à ses paysages que l'on situe toujours en Loire-Atlantique.
 
Prix : 1.000 euros
Paysage animé
Vign_20191017_104046
Patrick NASMYTH
1787 – 1831
 
Huile sur panneau
20,5 x 24,5 cm
Signée et datée en bas à gauche « P. N. / 1820 »
 
 
 
 
 
Peintre de paysage écossais, Patrick Nasmyth est né dans une famille d'artistes. Il a peint en particulier des vues en Ecosse en plein air, notamment grâce à une invention à lui, une tente de voyage afin de travailler par tous les temps. À 23 ans, il se rend à Londres et expose une peinture du Loch Katerine. Le jeune peintre est rapidement reconnu et est même appelé «le Hobbema anglais» en référence au grand peintre flamand de paysages des années 1600.
 
Patrick Nasmyth a particulièrement étudié la forme et le caractère des nuages et il aimé peindre le ciel. Peintre à l'époque romantique, il aimait les romans tels que Les mille et une nuits, Les mystères d’Udolpho ou Robinson Crusoé et la musique (il sifflait souvent des mélodies et des ouvertures et jouait du violon pendant ses pauses de travail). Il esquissait sans se lasser «les grâces insouciantes de la Nature» et faisait croquis sur croquis, de haies enchevêtrées, de clôtures négligées et de vergers plantés de mousse, associés à quelque bâtisse ou bâtiments religieux tels que au loin le dôme de Saint-Paul.

VENDU

Paysage de montagne animé
Vign_20191006_105623
Andrzej GRABOWSKI
 
Cracovie,1833 - Lemberg, 1886
 
Huile sur toile marouflée sur panneau de bois
 
Inscription a dos "Wien / Andrzej Grabowski 1833 - 1886"
 
13,5 x 20,5 cm
 
 
 
Elève de Carl Wurzinger à Vienne et de Ferdinand Georg Waldmuller à Paris, Grabowski est connu pour ses portraits mais il a également peint des paysages dans un style très proche de ceux de Waldmüller.
 
Membre de l'Académie de Vienne en 1866, professeur à l'école des beaux-arts de Cracovie en 1877.Il a beaucoup voyagé en Europe.
 
Il a peint des portraits de l'aristocratie et de l'intelligentsia polonaises. Ses oeuvres sont notamment conservées à Cracovie et Lviv.
 
Mais il a peint également des scènes de genre (Le mendiant (1859), La paysanne et son enfant (1862), Le vieux gitan (1865)..) et des paysages (Le chateau de Wiśnicz,(1857), les ruines du château de Sobien (1859)...) dans une facture proche de son maître Waldmüller .
 
Notre tableau est un petit tableau mais où l'on retrouve toutes le qualités de peintre de Grabowski, la précision du dessin, les beaux effets de matière, le rendu subtil de la lumière et les belles couleurs.
 
Prix : 1.200 euros
Barque dans la tempête
Vign_20190914_191126
Philippe TANNEUR
Marseille, 1795 – Marseille, 1878
 
Huile sur toile
44 x 61 cm
 
Signée et datée  «  Tanneur / 1841»
 
 
 
Peintre de marine originaire de Marseille, Philippe Tanneur est un des grands marinistes du milieu du XIXe siècle avec Louis Garneray, Eugène Isabey et Théodore Gudin. 
Élève d’Horace Vernet (1789-1863), Philippe Tanneur a été d'abord mousse puis corsaire avant de devenir peintre officiel de marines. Il est nommé par Charles X en 1829 pour rejoindre le corps expéditionnaire d’Alger afin de peindre le débarquement des troupes. Dans les années 1830, il est professeur à l'école impériale de Saint-Petersbourg où il a notamment Ivan Konstantinovich Aïvazovski comme élève.
Notre tableau daté de 1841 rappelle la belle scène de naufrage du musée des Beaux-Arts de Brest peinte en 1850.

VENDU

Bords de la Bièvre avec barque
Vign_20190911_110648
Eugène BERTHELON
Paris, 1829 – Paris, 1916
 
Huile sur toile
38 x 46 cm
 
Signée en bas à gauche « Eug. Berthelon »
Etiquette ancienne au dos « Eugène Berthelon / N°19 / Non inscrit / ... »
Marque du marchand de toile au dos "Calteaux-Bargue" actif à Paris entre 1870 et 1887
 
Elève d'Eugène Lavieille et Etienne-Prosper Berne-Bellecour, Eugène Berthelon est un peintre paysagiste. Il expose des paysages au Salon à partir de 1864, en particulier des vues dans la vallée de la Bièvre (affluent de la Seine dans les Yvelines) et à Fontainebleau. Il aime les lumières dorées et les reflets de lumière argentés sur les feuilles des arbres comme Louis Français et Henri Harpignies avec un dessin plus fin qui donnera toute sa mesure plus tard, dans ses marines. Il expose au Salon des Artistes Français entre 1881 et 1914 des marines de Bretagne et de Normandie.
Notre tableau date des années 1870 et a été exposé au Salon (numéro 19).

VENDU

Paysage de la Nièvre (1886)
Vign_20190701_085100
Paul Louis MARTIN DES AMOIGNES
Saint-Benin-d'Azy (Nièvre), 1850 – Nevers, 1925
 
Huile sur toile
37 x 59 cm
 
Signée et datée en bas à droite « P.L. Martin des Amoignes / 12 7 1886 »
 
 
Peintre de Nevers où il établit son atelier, Paul Louis Martin des Amoignes est un paysagiste qui expose au Salon de Paris entre 1881 et 1898. Elève et ami de Hector Hanoteau, il fait partie de «l'école de Briet» que fonde ce dernier. Ce groupe de peintres préfère le style académique au style impressionniste et privilégie les couleurs vives et une fine lumière. Notre tableau est daté précisément du 12 juillet 1886.
 
Prix : 1.500 euros
Le Lazaret et le château de l'Anglais à Nice
Vign_20180921_090220
François BENSA
Nice, 1811 – Nice, 1895
 
Huile sur huile
48 x  73 cm

Signée en bas à droite « F. Bensa »

 
 
 
François Bensa est connu comme peintre de Nice et de ses environs, spécialiste du paysage et peintre sur le motif. Il reçu d'abord une éducation artistique classique et il passa cinq ans à étudier la peinture à Rome auprès de son maître Joseph Castel entre 1829 et 1834. Il peint ensuite et expose entre 1834 à 1873. Il fut aussi professeur de dessin et de peinture – il fut pendant longtemps le seul professeur officiel de dessi et peinture dans la ville de Nice.
Ses sujets sont d'abord Nice et ses environs (« La ville depuis le Lazaret », « La route de Gênes », « La route de Villefranche », « Carabacel », « Sainte-Hélène », « La route de Turin », « Le Bois du Var » « Le Jardin Tiranty »…). Notre tableau est une vue du château de l'Anglais depuis le Lazaret près de Nice.
Bensa était admiré pour la qualité de ses couleurs et le soigné de son dessin. Il savait bien rendre l'atmosphère, la lumière et le charme de son pays.

VENDU

Paysage au soleil couchant
Vign_20190524_140008
Jules COIGNET
Paris, 1798 – Paris, 1860
 
Huile sur toile
24,5 x 32,5 cm
 
Signée en bas à droite « Jules Coignet »
Marque du marchand de toile au dos Vallé & Bourniche actif à Paris entre 1825 et 1841
 
Jules Coignet est un des meilleurs élèves de Jean-Victor Bertin, le maître du paysage historique à la suite de Valenciennes et dont les paysages se caractérisent par la science des différents plans dans la composition unifiée par une fine lumière, le goût pour les verts, les bleus et les tons orangés, la minutie de la description des frondaisons et la facture lisse voir porcelainée.
Coignet expose au Salon de Paris à partir de 1824. Il voyage surtout en France, en Suisse et en Allemagne et l'Italie dans les années 1825/1827 et au début des années 1840. 
 
Notre tableau est un paysage au coucher de soleil en même temps qu'une description réaliste de la nature, notamment d'un beau tronc d'arbre, et animée de deux vaches.
 
D'après la marque du marchand de toile (Vallé & Bourniche) on peut dater cette peinture entre 1825 et 1841.
 
Prix : 1.100 euros
Paysage aux canards
Vign_20190429_161505
August Wilhelm Ferdinand SCHIRMER (Attribué à)

Berlin, 1802 - Nyon (Suisse), 1866
 
Huile sur toile
 
41 x 56 cm
 
Signée en bas a droite d'un monogramme "FS" et datée 1851

Prix : 2.000 euros

Paysage (Ritterhude)(1879)
Vign_Ritterhude
Ecole allemande vers 1879
 
Huile sur papier
30 x 40 cm
Située et datée en bas à droite « Ritterhude / 7/09/79 »
Inscription au dos « Kunsthalle Bremen »
 
 
Cette esquisse de paysage est située à Ritterhude près de Bremen. Elle est d'une belle exécution dans le rendu de  la végétation et de la lumière caractéristique du Nord de l'Allemagne. L'indication au dos de l'exposition à la Kunsthalle de Bremen nous indique le travail d'un paysagiste sans doute allemand et la date de 1879 ainsi que la facture rappellent l'art des peintres de landes et de forêts de la seconde moitié du XIXe siècle qui ont fait le voyage à Paris et à Barbizon dans les années 1850 (Karl Peter Burnitz), dans les années 1860 Adolf Lier (et son élève Joseph Wenglein) ou les années 1870 (Louis Douzette).
 
Prix : 700 euros
L'entrée du Cassini dans le port de Dunkerque (le 17 septembre 1901)
Vign_20190401_134251
Emile MAILLARD
Amiens, 1846 – Paris, 1926
 
Huile sur huile
 
Signée en bas à droite "Emile Maillard"
43,5 cm x 61 cm
 
 
 
Peintre officiel de la marine nommé en 1891, Emile Maillard a suivi et peint la rencontre entre le président de la République française Emile Loubet et le tsar Nicolas II de Russie le 17 septembre 1901 à Dunkerque. Il exposera l'année suivante au salon de Paris de 1902 deux tableaux : Le Cassini et le Standart passent la revue de l'escadre (Dunkerque, le 17 septembre 1901) et le Cassini portant le président de la République (Dunkerque, le 17 septembre 1901).

VENDU

Vue des palais des nations (Exposition universelle de 1900)
Vign_20190128_173924
École française vers 1900

Huile sur toile

32,5 x 55 cm
 
Signée en bas à droite (illisible) et datée (« 1900 »)
 
 
 
Il s'agit d'une vue des palais construits par les nations étrangères représentées à l'exposition universelle de 1900, sur la rive droite de la Seine à Paris, vue prise depuis le pont de l'Alma. On aperçoit au loin le pont Alexandre III, le Sacré-Cœur ainsi que les toits du Louvre.Sont indiqués au dos, sur le chassis, la liste des pays dont on peut voir ici les constructions, face à la Seine ce qui permettait à la facade des édifices de se refléter dans l'eau. Dans l 'ordre, de gauche à droite sont représentés : « Etats-Unis, Italie, Turquie, Autriche, Bosnie, Hongrie, Grande-Bretagne, Belgique, Norvège, Allemagne, Espagne, Monaco, Suède et Roumanie. »

Prix : 2.000 euros

La baie de Naples à Sorrente
Vign_Lodovico_RAYMOND_frame
Lodovico RAYMOND
Turin, 1825 - 1898
 
Huile sur toile
71 x 111.5 cm
 
Signée et datée en bas à gauche "L.Raymond / 1892"
Ancienne étiquette au dos "Littorale di Sorrento"
 
Peintre de Turin, Raymond fut l'élève du peintre d'histoire néoclassique Carlo Arienti à l'Accademia Albertina dans les années 1840 avant de lui même composer des grandes scènes s'inspirant de l'histoire antique. Il voyagea beaucoup et nous a laissé également quelques paysages où l'on retrouve ses couleurs vives et son sens de la matière. Le sujet de notre tableau est un beau coucher de soleil dans la baie de Naples où le soin apporté aux couleurs ajoute au charme d'une scène de pêcheurs toute idéalisée avec de jeunes pêcheurs napolitains au bord de l'eau.
 
RESERVE
Paysage animé avec ruines
Vign_20180915_135410
Ecole française du début du XIXe siècle
 
Huile sur papier marouflé sur toile
29 cm x 42,5 cm
 
 
 
 
Au début du XIXe siècle, la mode est à la peinture holandisante en France notamment dans le paysage. Des artistes comme Jean-Baptiste Hué par exemple ont produit de très beaux paysages dans le style italianisant s'inspirant des peintres hollandais italianisants du XVIIe siècle Nicolas Berchem, Bartholomeus Breenbergh et Cornelis Van Poelenburgh. Pour notre tableau nous pensons peut-être à un des élèves de Hué, François Eustache Duval.
La recette est une peinture influencée par l'art du Nord par la finesse de la végétation toute idéalisée et des petits personnages anecdotiques peints avec des couleurs vives, mais la lumière un peu jaune et le goût pour les ruines est plutôt italienne voir française à l'heure de la redécouverte de l'architecture ancienne en France au début du XIXe siècle.

Prix : 1.500 euros

Les marais salants
Vign_20180731_105742
"M-D-LAQUINTANE"
Ecole française du XXe siècle
 
Huile sur toile
32 x 41 cm
 
Signée en bas à gauche "M-D-LAQUINTANE"
 
 
Le sujet représenté est sans doute les marais salants sur la côte atlantique près de Noirmoutier Guérande ou l'île de Ré.
Le peintre n'a pas été identfié mais la facture indique une peinture synthétique, bien dessinée, classique avec une fine lumière.
 
Prix : 900 euros
Paysage de montagne
Vign_20180204_220907
Josef PFEIFFER le jeune
Ischgl, 1800, Landeck ( Tyrol),1874)
 
Huile sur toile
28,5 x 36 cm
 
Signée et daté en bas à gauche "J. Pfeiffer / 1862"
 
 
Peintre cmme son père, il fut son élève et pris part à l'école de dessin d'Innsbruck. Il travailla occasionnellement au Tyrol du Sud (Bolzano et Appiano) et comme portraitiste.

Prix : 900 euros
Wissant au clair de lune
Vign_20171127_113748
Valentine PEPE
 
Douai, 1875 – Douai, 1938
 
Huile sur toile
 
50 x 71 cm
 
Signé et daté en bas à gauche « Valentine PEPE / 1921 »
 
Inscription au dos «Wyssant Tournant de route à la lune», étiquette des douanes françaises
 
Valentine Pèpe fait partie de l'école de Wissant, colonie d'artistes, de peintres en particulier basée à Wyssant dans le Nord-Pas-de Calais (comme Virginie Demont-Breton, Adrien Dumont, Félix Planquette, Georges Maroniez, Henri et Marie Duhem-Sergeant et Fernand Stiévenard) Elève d'Adrien Demont à Wissant, elle y fait construire un atelier, "Le Pain Blanc".
Elle expose dès 1893 au Salon de Douai puis au Salon des Artistes français dont elle est sociétaire à partir de 1902 (seule femme peintre paysagiste à exposer hors concours à l'époque) et elle reçoit la médaille d'or au Salon en 1913.
Ses paysages se caractérisent par une ambiance propre à son pays, à la fois rude et pleine de charme. Ses ciels sont magnifiques et ses effets de lumière d'une très grande finesse. Sa palette toute en nuances, jouant sur quelques couleurs seulement rappelle l'art classique du paysage hollandais.
 
Prix : 2.800 euros
 
Le berger
Vign_P1090436
Ecole allemande vers 1900
 
Huile sur carton
27 cm x 35 cm 
 
Inscription au dos : Otto Eickman
 
 
Notre tableau est sans doute allemand et de l 'époque de l'Art nouveau. Il pourrait s'agir d'une oeuvre du graphiste allemand et dessinateur célèbre Otto Eckmann qui a été peintre avant 1900. Notre tableau est proche de sa composition Printemps, (Kunsthalle de Hambourg) par les couleurs, la touche et le dessin notamment des arbres (tronc et feuillage). Figure sur notre tableau un monogramme non identifié et au verso une inscription « Otto Eickman ?».
 
Prix : 700 euros
© 2010
Créer un site avec WebSelf