Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
GALERIE Tristan de Quelen
Portrait d'homme (1827)
Vign_20180511_171423

Barthélemy VIEILLEVOYE
Verviers, 1798 - Liège, 1855
Huile sur toile
94 x 80 cm
Signée et datée en bas a droite "B. Vieillevoye" 1827

 

 

 


Élève de Mathieu-Ignace Van Brée, peintre de l'école d'Anvers, Barthélemy Vieillevoye est un portraitiste de Salon, qui a peint les célébrités de son époque. Il est le premier directeur de l Académie des Beaux-arts de Liège.

Prix: 2.000 euros

Portrait de Marcel Bloch
Vign_20180329_084335
Lucien LEVY-DHURMER
 
Alger, 1865 – Vésinet, 1953
 
Pastel
 
62 x 47 cm
 
Signé en bas à droite « L Lévy-Dhurmer »
 
 
 
 
 
Elève de Raphaël Collin et Alexandre-Charles Vallet, deux élèves d'Alexandre Cabanel, Lucien Lévy-Dhurmer est une peintre de salon et peintre symboliste qui réalisa aussi nombres de portraits de célébrités dans son atelier. Il s'agit ici du portrait de Marcel Bloch , le directeur de la Banque Transatlantique.
 
Prix : 1.700 euros
"La Robe rose"
Vign_20180319_142950
Léo FONTAN
 
Donchery(Ardennes), 1884 – Annecy, 1965
 
Huile sur panneau
 
41 x 33 cm
 
Signé en bas à gauche « Léo Fontan »
 
Titré au dos « La Robe rose »
 
 
 
Peintre illustrateur, Léo Fontan travaille dans les années 1910 à 1930 pour les journaux La Vie parisienne, Le Sourire, Fantasio et dessine des affiches et des décors pour les Folies Bergère. Il expose également au Salon des Artistes Français dont il est membre de 1911 à 1946.
 
Notre tableau est sans doute le portrait d'une courtisane dans une maison close, intitulée pudiquement « la Robe rose ».
 
Prix : 1.400 euros
Pêcheur de Capri
Vign_20180124_124546
Ecole italienne du XIXe siècle
Huile sur panneau
 
18 x 12 cm
Signée "ar" ou "az" en bas à droite
 
Inscription au recto "Riccordo di Capri"
Inscription au verso illisible

 

 

 

VENDU

Jeune femme à l'ombrelle
Vign_20180206_093545
Ernest Ange DUEZ (Attribué à)
Paris, 1843 - Bougival, 1896
33,5 x 23,5 cm
 
Huile sur panneau
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ernest Ange Duez réalisa nombre de portraits de femmes élégantes à l'ombrelle en bord de plage, parfois esquissés sur des petits formats, parfois dans de grandes compositions. Nous pensons qu'il peut s'agir d'une de ses études peintes sur le vif dans les années 1870/1880. A cette époque se développe un idéal de la femme élégante parsienne qui se promène en Normandie sur les bords de plage et dont les peintres les plus connus sont Alfred Stevens et Ernest Ange Duez dans le style académique en même temps que les plus célèbres peintres impressionnistes de l'époque.

Prix : 1.800 euros

Jeune Espagnole à la fenêtre
Vign_20180109_123127
Ecole espagnole du XIXe siècle
 
Huile sur panneau
27 cm x 18,5 cm
 
Signé en bas à droite "L.C."
 
Inscription au recto sur la lettre.
Inscription au verso et numéro "505".
 
 
 
 
 
Le Costumbriso est un mouvement littéraire et pictural qui se dévelopa en Espagne au milieu du XXe siècle et qui cherche une représentation sociale, réaliste ou folklorique des gens du peuple. En peinture, on distingue généralement l'Ecole de Madrid et l'Ecole d'Andalousie. Les peintres costumbristes de Madrid sont plus portée sur les portraits, sur les gens du peuple et sur des individus avec une palette plutôt large et un esprit de critique sociale avec une influence souvent de Goya, alors que l'Ecole de Séville représente généralement des types sociaux, avec une facture plus fine, plus délicate, dans un style plus descriptif voir folklorique et les sujets sont souvent plus nobles et l'esprit proche du portrait.

Prix : 1.300 euros 

Le fumeur de pipe
Vign_Pipe
Ecole scandinave du XXe
 
Huile sur panneau
26,5 x 40 cm
 
Signé en bas à droite
 
 
 
 
 Prix : 2.000 euros
Portrait de femme
Vign_20171010_135129
Graciano MENDILAHARZU
Avellaneda, 1827 – Buenos Aires, 1894
 
Huile sur toile
41 cm x 32,5 cm 
 
Signé et daté au centre à droite « Mendilaharzu / 79 »
  
 
 
 
 
 
 
Graciano Mendilaharzu est un peintre argentin qui, après avoir travaillé avec Martin Boneo à Buesnos Aires, vint à Paris en 1873 et fut élève de Léon Bonnat avant d'exposer au Salon de Paris à partir de 1879 des portraits et des scènes de genre. Son tableau le plus célèbre a été peint en France, Le retour à la maison (musée des Beaux-arts de Buenos Aires). Il  montre ses qualités de réalisme dans la facture et le sujet, qualités qui ont fait de Mendilaharzu également un grand portraitiste.
 
Notre tableau est un portrait de femme. On sait que le peintres argentins à Paris ont réalisé nombre de portraits entre eux.
Les oeuvres du peintre qui est rentré en Argentine en 1887 sont surtout conservées dans les musées de son pays mais elles sont peu nombreuses du fait que Mendilaharzu est mort relativement jeune. 
 
Prix : 1.800 euros
Portrait de Mlle Huquier
Vign_Adan2
Louis Emile ADAN
Paris, 1839 – Paris, 1937
 
Pastel sur toile
 
40 cm x 32 cm 
Titré au dos
 
  

 

 
 
Notre tableau est une copie d'un tableau exposé au musée du Louvre, le portrait de Mademosielle Huquier peint par Jean-Baptiste Perronnneau en 1747. Il s'agit d'un exercice de style qui montre les qualités de peintre d'Emile Adan tant au niveau de son dessin que du rendu des couleurs. Le sujet n'est pas choisi par hasard. Elève d'Alexandre Cabanel, Louis Emile Adan est un peintre académique qui exposa au Salon de Paris de 1863 à 1937 des sujets de genre qui montre l’image de la femme contemporaine dans des scènes naturalistes.
Emile Adan est présent dans les musées en France (Nantes, Pau, Macon) et aux Etats-Unis (Pfister Art collection de Milwaukee, Widener University Art Gallery de Pennsylvanie)

VENDU

Tête de femme à la toque rouge
Vign_20170608_150931
Philippe PARROT
Excideuil (Dordogne), 1831 – Paris, 1894
 
Huile sur toile
40,5 cm x 32,5 cm
 
Signée en haut à gauche : P. Parrot
Etiquette de la vente de l'atelier du peintre en 1894 (n37)
 
  
 
 
 
 
Philippe Parrot a exposé au Salon de Paris à partir des années 1860, principalement des portraits de femme et des allégories. Il est connu notamment pour son portrait de Sarah Bernhardt de 1875 dans son rôle de Berthe dans Le Sphinx d'Octave Feuillet (Comédie-Française). Philippe Parrot est conservé également au musée des Beaux-Arts de Bordeaux (L'Elégie, Salon de 1868) et au musée des Beaux-arts Roger Quillot de Clermont-Ferrand (Galathée, Salon de 1876).
  
VENDU 
La fenêtre
Vign_MAGAUD5
Dominique-Antoine MAGAUD
Marseille, 1817 – Marseille, 1899
 
Huile sur panneau
21 x 16 cm
 
Signé en bas à droite : DA Magaud
Inscription au dos : Magaud DA / 37 rue de La Tour d'Auvergne / La fenêtre
 
 
 
 
 
Elève de Léon Cogniet, Dominique Magaud exposa à partir de 1841 au Salon de Paris, en particulier des portraits. Il fut aussi décorateur dans sa ville de Marseille, notamment pour l'hôtel de la Préfecture, le Palais de la Bourse, le Palais des Arts et plusieurs grands cafés de la ville. Il fut également directeur de l'Ecole des Beaux-Arts de Marseille de 1869 à 1896.

VENDU 

Jeune conventionnel
Vign_MoreauVauthier

Charles MOREAU-VAUTHIER

Paris, 1857 – Fontainebleau, 1924

Huile sur toile

65 cm x 45 cm

Signé en bas à gauche : Ch. Moreau-Vauthier

Inscription : A Mr Arthur Heseltine / amical souvenir

 

 

Charles Moreau-Vauthier, élève de Jean-Léon Gérôme, a exposé au Salon pendant sept ans, de 1880 à 1887. Homme entreprenant et menant plusieurs activités de front, il fut écrivain et conteur pour enfants, critique d'art (c'est lui qui écrivit la Vie et l'oeuvre de Jean-Léon Gérôme qui reste une référence aujourd'hui encore) et un citoyen engagé qui fonda la Société des Amis de la Forêt de Fontainebleau et la mairie-musée de Bourron-Marlotte.Moreau-Vauthier était attaché aux enfants, à leur éducation, à leur avenir et il les représenta souvent dans son oeuvre peinte comme ici dans ce Jeune conventionnel. La mort de Bara, peut-être son plus beau tableau et remarqué par le directeur des Beaux-Arts, le marquis de Chennevières lui-même, représente également un enfant; et il se situe aussi à l'époque de la Révolution française.Notre tableau est dédicacé à Arthur Heseltine, un artiste peintre anglais établi à Bourron-Marlotte qui aida par ses dons généreux Moreau-Vauthier à créer son "petit musée". Ce concept de musée était basé sur la générosité des artistes ayant séjournant dans le "village d'art" de Bourron-Marlotte.

VENDU

© 2010
Créer un site avec WebSelf