Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
GALERIE Tristan de Quelen
Le fumeur de pipe
Vign_Pipe
Ecole scandinave du XXe
 
Huile sur panneau
26,5 x 40 cm
 
Signé en bas à droite
 
 
 
 
 Prix : 2.000 euros
Portrait de femme
Vign_20171010_135129
Graciano MENDILAHARZU
Avellaneda, 1827 – Buenos Aires, 1894
 
Huile sur toile
41 cm x 32,5 cm 
 
Signé et daté au centre à droite « Mendilaharzu / 79 »
  
 
 
 
 
 
 
Graciano Mendilaharzu est un peintre argentin qui, après avoir travaillé avec Martin Boneo à Buesnos Aires, vint à Paris en 1873 et fut élève de Léon Bonnat avant d'exposer au Salon de Paris à partir de 1879 des portraits et des scènes de genre. Son tableau le plus célèbre a été peint en France, Le retour à la maison (musée des Beaux-arts de Buenos Aires). Il  montre ses qualités de réalisme dans la facture et le sujet, qualités qui ont fait de Mendilaharzu également un grand portraitiste.
 
Notre tableau est un portrait de femme. On sait que le peintres argentins à Paris ont réalisé nombre de portraits entre eux.
Les oeuvres du peintre qui est rentré en Argentine en 1887 sont surtout conservées dans les musées de son pays mais elles sont peu nombreuses du fait que Mendilaharzu est mort relativement jeune. 
 
Prix : 2.500 euros
Portrait de Mlle Huquier
Vign_Adan2
Louis Emile ADAN
Paris, 1839 – Paris, 1937
 
Pastel sur toile
 
40 cm x 32 cm 
Titré au dos
 
  

 

 
 
Notre tableau est une copie d'un tableau exposé au musée du Louvre, le portrait de Mademosielle Huquier peint par Jean-Baptiste Perronnneau en 1747. Il s'agit d'un exercice de style qui montre les qualités de peintre d'Emile Adan tant au niveau de son dessin que du rendu des couleurs. Le sujet n'est pas choisi par hasard. Elève d'Alexandre Cabanel, Louis Emile Adan est un peintre académique qui exposa au Salon de Paris de 1863 à 1937 des sujets de genre qui montre l’image de la femme contemporaine dans des scènes naturalistes.
Emile Adan est présent dans les musées en France (Nantes, Pau, Macon) et aux Etats-Unis (Pfister Art collection de Milwaukee, Widener University Art Gallery de Pennsylvanie)

VENDU

Tête de femme à la toque rouge
Vign_20170608_150931
Philippe PARROT
Excideuil (Dordogne), 1831 – Paris, 1894
 
Huile sur toile
40,5 cm x 32,5 cm
 
Signée en haut à gauche : P. Parrot
Etiquette de la vente de l'atelier du peintre en 1894 (n37)
 
  
 
 
 
 
Philippe Parrot a exposé au Salon de Paris à partir des années 1860, principalement des portraits de femme et des allégories. Il est connu notamment pour son portrait de Sarah Bernhardt de 1875 dans son rôle de Berthe dans Le Sphinx d'Octave Feuillet (Comédie-Française). Philippe Parrot est conservé également au musée des Beaux-Arts de Bordeaux (L'Elégie, Salon de 1868) et au musée des Beaux-arts Roger Quillot de Clermont-Ferrand (Galathée, Salon de 1876).
  
Prix : 2.000 euros 
La fenêtre
Vign_MAGAUD5
Dominique-Antoine MAGAUD
Marseille, 1817 – Marseille, 1899
 
Huile sur panneau
21 x 16 cm
 
Signé en bas à droite : DA Magaud
Inscription au dos : Magaud DA / 37 rue de La Tour d'Auvergne / La fenêtre
 
 
 
 
 
Elève de Léon Cogniet, Dominique Magaud exposa à partir de 1841 au Salon de Paris, en particulier des portraits. Il fut aussi décorateur dans sa ville de Marseille, notamment pour l'hôtel de la Préfecture, le Palais de la Bourse, le Palais des Arts et plusieurs grands cafés de la ville. Il fut également directeur de l'Ecole des Beaux-Arts de Marseille de 1869 à 1896.

Prix : 1.500 euros

Jeune conventionnel
Vign_MoreauVauthier

Charles MOREAU-VAUTHIER

Paris, 1857 – Fontainebleau, 1924

Huile sur toile

65 cm x 45 cm

Signé en bas à gauche : Ch. Moreau-Vauthier

Inscription : A Mr Arthur Heseltine / amical souvenir

 

 

Charles Moreau-Vauthier, élève de Jean-Léon Gérôme, a exposé au Salon pendant sept ans, de 1880 à 1887. Homme entreprenant et menant plusieurs activités de front, il fut écrivain et conteur pour enfants, critique d'art (c'est lui qui écrivit la Vie et l'oeuvre de Jean-Léon Gérôme qui reste une référence aujourd'hui encore) et un citoyen engagé qui fonda la Société des Amis de la Forêt de Fontainebleau et la mairie-musée de Bourron-Marlotte.Moreau-Vauthier était attaché aux enfants, à leur éducation, à leur avenir et il les représenta souvent dans son oeuvre peinte comme ici dans ce Jeune conventionnel. La mort de Bara, peut-être son plus beau tableau et remarqué par le directeur des Beaux-Arts, le marquis de Chennevières lui-même, représente également un enfant; et il se situe aussi à l'époque de la Révolution française.Notre tableau est dédicacé à Arthur Heseltine, un artiste peintre anglais établi à Bourron-Marlotte qui aida par ses dons généreux Moreau-Vauthier à créer son "petit musée". Ce concept de musée était basé sur la générosité des artistes ayant séjournant dans le "village d'art" de Bourron-Marlotte.

VENDU

© 2010
Créer un site avec WebSelf