Ecole française (ou italienne) du premier tiers du XVIIIe siècle ?
Huile sur métal
Ovale
20,5 x 17 cm (28 x 23 cm avec le cadre)

Cette composition est tout à fait dans l’esprit de la Contre réforme. L’esprit de la Contre réforme est de rapprocher la religion et ses saints personnages des fidèles et de mettre l’accent sur l’aspect didactique de l’iconographie. Siméon est ici une figure proche et tendre tout en ayant un côté protecteur. La figure du vieil homme se penche sur l’enfant Jésus pour prophétiser son avenir. Le Christ est dans une position redressée comme si le Verbe de Dieu était déjà à l’oeuvre.
La gamme chromatique vive et chaude et le sens du mouvement montre aussi un esprit baroque dans la composition. Cependant le canon des personnages reste classique et ne cherche pas à plaire. Nous sommes sans doute encore dans le premier tiers du XVIIIe siècle.

Une peinture française ou italienne du début XVIIIe ?

La facture et le style de l’auteur de cette oeuvre sont d’esprit italien. Ou français . Difficile à dire tant le style de la peinture française de la fin du XVIIe et du début du XVIIIe siècle est proche de la peinture italienne de l’époque. Cette peinture rappelle fortement la Présentation au temple (ou Purification) de Jean Restout, tableau peint pour le séminaire de Saint-Sulpice à Paris en 1735 (actuellement au musée des beaux-arts de Bordeaux). La position du vieil homme par rapport à l’enfant, le canon des personnages, les couleurs et le sens du mouvement tout en restant sage dans la composition générale et dans le dessin des drapés.

Il est possible que la composition ait été reprise ici comme une image de dévotion représentant Saint Joseph avec l’enfant Jésus. D’ailleurs la composition rappelle aussi celles de Guido Réni représentant Saint Joseph avec Jésus dans ses bras (musée de l’Ermitage, musée des Beaux-arts de Houston (Texas)).

Prix : 1.500 euros

ACHETER