Gustave WAPPERS (Attribué à)
Anvers, 1803 – Paris, 1874

Huile sur panneau
Trace de monogramme en bas à droite
42,5 x 31,5 cm (59,5 x 49,5 cm avec le cadre)
Cadre XIXème en bois sculpté et doré

 

 

Le courant hollandisant précède le courant romantique en s’inspirant des maîtres anciens hollandais du XVIIe tels que Metsu, Cuyp et Vermeer. Notre tableau montre le goût des détails historiques, notamment un très bel instrument de musique, un luth ou plus précisément un petit théorbe ou une petite mandoline, mais aussi de multiples détails dans le décor, de la partition en passant par le lit sculpté et son baldaquin, la robe et les bijoux.

Après des études à l’Académie d’Anvers, Gustave Wappers se rend à Paris en 1826. En plein mouvement romantique, Wappers expose «La dévotion du bourgmestre de Leyde» eu un grand succès au Salon de Bruxelles de 1830. En 1832, la ville d’Anvers le nomme professeur de peinture. Il expose au Salon d’Anvers de 1834 son chef-d’œuvre «Un épisode de la Révolution belge de 1830» (Galerie de Bruxelles). Esuite il est nommé peintre du roi des Belges. Et à la mort de Matthieu van Bree, il est nommé directeur de l’Académie d’Anvers.

Peintre d’histoire, il a réalisé également quelques scènes de genre. Parmi ces oeuvres célèbres figurent «Le Christ au tombeau», «Charles Ier prenant congé de ses enfants», «Charles IX», «Camoens», «Pierre Le Grand à Saardam» et «Boccaccio à la cour de Jeanne de Naples». Louis Philippe lui confia la commande de peindre un grand tableau pour la galerie de Versailles, «La défense de Rhodes par les chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem», œuvre achevée en 1844, lorsqu’il reçut du roi des Belges le titre de baron.

Prix : 2.500 euros

ACHETER