Isidore DAGNAN (Attribué à)
Marseille, 1788 – Paris, 1873

Huile sur toile
24 x 33 cm (29 x 38 cm avec le cadre)

 

 

Isidore Dagnan a fait ses études à l’Ecole des beaux-arts de Marseille auprès d’Augustin Aubert. Il part ensuite en Italie, à Rome pour continuer seul sa formation avant de monter à Paris. Dagnan a beaucoup voyagé en France notamment (l’Anjou et la Touraine, la Bretagne, l’Auvergne, le Dauphiné, le Jura). Il a peint en particulier Paris et ses environs, la Suisse, le Sud de la France et Grenoble où il vécut entre 1824 et 1830.

Son style est reconnaissable. Comme l’écrit André Alauzen, historien de l’art et spécialiste de la peinture en Provence au XIXe siècle : « Son goût pour les frondaisons moutonnantes qui baignent dans une lumière dorée donne à ses toiles un caractère romantique, de même que les anecdotes qui souvent les animent. » (André Alauzen, Dictionnaire des peintres et sculpteurs en Provence Alpes Côte d’Azur, Marseille, 1986). On peut ajouter une gamme de couleurs restreinte dans les tons pastels, avec des beiges orangés et des gris verts caractéristiques et qui ne sont pas sans évoquer l’art de Corot. Avec également une grande importance de la lumière et des compositions très construites qui rappellent les paysages français néo-classiques notamment ceux de Pierre-Henri de Valenciennes.

Notre tableau est un paysage animé au pont avec un joli lointain. Il semble pouvoir être daté assez tôt et rappelle le site du Ponte Lucano près de Tivoli. Peut-être s’agit-il d’un paysage peint en Italie près de Rome où Isidore Dagnan séjourna vers 1816-1818.
Les oeuvres de Dagnan sont conservées dans de nombreux musées en France, notamment à Grenoble, Montpellier, Orange et Avignon.

Prix : 2.000 euros

ACHETER