Jérôme PREUDHOMME (Attribué à)
Arras, v1735 – Paris, 1810

Huile sur toile
47,5 x 55 cm (59 x 67 cm avec le cadre)
Ancienne étiquette au dos avec une attribution à Prudhon (sic)
Beau cadre ancien en bois sculpté

Il s’agit ici d’un panneau décoratif sans doute à destination d’un hôtel particulier où il devait s’insérer dans une boiserie. Si le thème est classique – des vestales qui entretiennent le feu sacré-, le goût pour la végétation décorative autour, les couleurs et le goût pour le mouvement et les arabesques rappellent que Jérôme Preudhomme appartient à l’époque de l’art rocaille du milieu du XVIIIe siècle.
On confond souvent le peintre Jérôme Preudhomme avec Paul Prudhon, presque contemporain mais dont le style est très différent. L’art de Preudhomme est pourtant reconnaissable à sa gamme de couleurs très franches où l’on reconnaît toujours les mêmes jaune, rose, bleu et vert. Il appartient encore au XVIIIe siècle.
Originaire d’Arras, Jérôme Preudhomme arrive à Paris en 1761. Il est reçu en 1773 « maître-peintre par expérience » de l’Académie de Saint-Luc de Paris et il y expose dès 1774. Nommé professeur à paris, il est ensuite nommé en 1784 professeur de l’Ecole de dessin de Saint-Quentin fondée en 1782 par Maurice Quentin-Latour.
Peintre d’histoire, Preudhomme fut aussi un peintre de genre et de paysages. D’ailleurs souvent datés assez tardivement, ces tableaux furent sans doute exécutés lorsque les commandes religieuses diminuèrent après la Révolution. Par exemple le Paysage de fantaisie passé en vente chez Christie’s Londres en 2013 est daté de 1800.

Prix : 2.000 euros

ACHETER