Louis Emile ADAN
Paris, 1839 – Paris, 1937

Huile sur toile
Signée en bas à gauche “Emile Adan”
37 cm x 59 cm (42 x 64 cm avec le cadre)
Etiquette d’exposition en bas à droite portant le numéro 11
Titré au dos sur le chassis « Le Passeur »

Issu d’une famille d’artistes – son père était un artiste peintre installé – , Louis Emile Adan entre à l’école des beaux-arts de Paris et où il est notamment élève d’Alexandre Cabanel au début des années 1860.
Peintre académique, il a développé à partir des années 1870 un art de plus en plus naturaliste. Il a peint surtout des paysages et des scènes de genre. Il fut aussi illustrateur de livres, notamment d’une édition d’Un Cœur simple de Gustave Flaubert, des Fables de La Fontaine et de Florian et des Œuvres complètes d’Alphonse Daudet. Et il réalisa un grand décor en 1870 pour le chœur de l’église Saint-Pierre-Saint-Paul de Courbevoie.

Sa période de maturité se situe dans les années 1880 et 1890 quand il peint dans la veine naturaliste la campagne française. Ses paysages et ses scènes de genre rappellent l’art de Jules Breton, Léon Lhermitte et Jules Bastien-Lepage à ceci près que le paysage est souvent plus présent dans les compositions d’Adan.
Peintre de salon, il a exposé à Paris tous les ans de 1863 à 1937. Il a obtenu plusieurs médailles dont une médaille d’or en 1889. Il expose cette année -là « Le Soir », deux femmes de la campagne et un enfant se reposant au bord de la route en fin de journée devant un paysage au soleil couchant.

Sa réputation de peintre naturaliste s’étend alors jusqu’aux Etats-Unis où il va être exposé et collectionné. Ainsi le collectionneur Charles Warren Cram acheta plusieurs de ses tableaux du Salon de Paris de 1889. Il exposera à l’Exposition Internationale Panama-Pacifique de San Francisco en 1915 et au Toledo Museum of Art dans l’Ohio.

L’été 1882.

L’été 1882 une jeune femme nommée Flore, appelée plus communément Antelma, faisait traverser l’Yonne entre Vaux et Petit Vaux (dans l’Yonne près d’Auxerre). A quatorze ans, elle remplaçait son père, Andrien Denoix, qui exerçait le métier de charron. Basé chez son hôte Adolphe Binoche, Louis Adan s’installe dans la journée au bord de l’Yonne. Il y peint la scène : le passage de la rivière en barque menée à l’aide d’une longue perche.
Emile Adan en fit un grand tableau “La Fille du Passeur” (1m35 par 2,25m) qu’il présenta au salon de Paris de 1883 et qui eu beaucoup de succès.

Cette peinture a certainement été faite sur le vif pendant l’été 1882. Notre tableau est sans doute une étude pour le tableau de Salon. La grande composition définitive qui sera exposé en 1883 sera réalisée plus tard dans l’atelier du peintre à Paris 75 rue de Courcelles.
Ou bien il s’agit d’un essai de composition avec un autre modèle. La composition et le paysage sont similaires mais le passeur est ici un jeune garçon. Antelman, la fille du charron, maniait alors une grande barque. Un second passeur amenait peut-être les gens peu chargés dans une barque plus petite.

RESERVE

ACHETER