Luis ALVAREZ CATALA
Madrid, 1836 – Madrid, 1901
Huile sur panneau
38,5 x 25 cm (61 x 48 cm avec le cadre)
Signée en bas à gauche « L. Alvarez / Roma»
Très beau cadre en bois sculpté et doré du XIXe

 

 

 

Après des études à Oviedo, Luis Alvarez Catala part pour Madrid où il étudie dans l’atelier de Federico Madrazo à l’École San Fernando. Puis en 1857, il se rend à Rome en tant que pensionnaire avec des artistes tels que Rosales, Palmaroli et Dióscoro Puebla. Il y restera jusqu’en 1894 avec de brefs séjours à Madrid. Ensuite il remporte une médaille à l’Exposition de Florence de 1861 avec Le Rêve de Calpurnia. Et une deuxième médaille à l’Exposition nationale des beaux-arts d’Espagne en 1862 avec le même tableau. Et la reine Elizabeth II acquiert l’oeuvre.
Alvarez a eu une carrière internationale. Il a remporté des médailles à Madrid en 1862, 1864 et en 1890, il a remporté des médailles à Munich, Berlin et Paris.

De retour à Madrid, Alvarez a assisté au Concours National des Beaux-Arts, obtenant la première médaille avec « La Chaire de Felipe II dans l’Escorial ». Cette œuvre qui a également remporté une médaille d’or à Berlin l’année suivante. La reine régente María Cristina de Habsburgo-Lorena l’a nommé directeur du musée du Prado.

Le “Costumbrismo”.

Alvarez était un peintre romantique dont l’art s’est inscrit dans le mouvement du « Costumbrismo » où l’artiste représente une scène de vie réelle et typique mettant en avant les coutumes et usages sociaux. Ici il s’agit d’une scène dans les tribunes des arènes pour une corrida. L’accent est mis sur les personnages en habit local. Et un soin particulier est apporté au réalisme de la scène dans les moindres détails. La facture est remarquable notamment dans le rendu des textures riches et satinée des robes des dames.

Alvarez était également particulièrement reconnu pour ses talents de portraitiste. Dans notre tableau il y a une véritable galerie de portraits de spectateurs d’une corrida. Et l’inscription sur le journal tenu par une dame au devant de la scène indique « Plaza de Toros ». Plusieurs arènes ont été construites dans les années 1870 et 1880. Notamment en 1874 est inaugurée à Madrid la Plaza de Toros de Goya de style néo-mudéjar. Oeuvre des architectes Emilio Rodríguez Ayuso et Lorenzo Álvarez Capra, l’arène mesurait 60 m de diamètre et pouvait accueillir près de 15 000 spectateurs. Les plages privilégiées étaient celles du Palco Regio (« loge royale »), de la Presidencia (« présidentielle »), de la Diputación (« députation ») et Música (« musique »). Après l’inauguration de la grande arène de Las Ventas en 1931, l’arène de Goya sera détruite en 1934. Son emplacement est aujourd’hui occupé par le Palais des sports.

Les œuvres d’Alvarez étaient très recherchées de son vivant par les collectionneurs aux États-Unis amateurs de raffinement à la mode européenne et nombre de ses œuvres se trouvent encore dans les collections américaines.

VENDU