Nicolas VAN GORP
Paris, 1758 – Beaumont-sur-Oise, 1820

Huile sur panneau
Signé en bas à gauche « Van Gorp f. »
21,5 x 17,5 cm (27 x 22,5 cm avec le cadre)

 

 

Nicolas Van Gorp a peint nombre de petits portraits sur panneau. Il a apprit son métier auprès de Louis-Léopold Boilly et son art lui restera très fidèle. On confond d’ailleurs parfois leurs œuvres quand elles ne sont pas signées.
Peintre aussi de scènes de genres intimistes à succès, bien diffusé par la gravure. Parmi ses plus célèbres tableaux : Le retour d’un Hussard dans sa famille (Salon de 1798) et La leçon de bienfaisance (1806)(Saint-Omer, musée de l’hôtel Sandelin).

Van Gorp expose régulièrement au Salon de 1793 à 1819.

La coiffure typique du premier Empire date notre tableau du tout début du XIXe siècle.

Le sentiment vrai et individuel.

A propos d’une œuvre très proche, le portrait de Julie Guignard conservée au musée des beaux-arts de Tours, Sophie Join-Lambert écrit : « L’œuvre fait preuve d’une franchise tout à fait en accord avec les portraits réalisés à ce tournant du siècle. La manière à la fois libre et précise est remarquable de spontanéité et de fraîcheur. Par un travail sobre et une palette réduite, Van Gorp réussit à nous livrer une œuvre sensible qui capte l’attention. Le regard de la petite fille soutient le notre avec une douce assurance, on retrouve la même expression directe sur de nombreux portraits d’enfants peints par Van Gorp, révélateurs de l’intérêt nouveau que l’on portait à la psychologie et à la personnalité des enfants. L’artiste montre, dans ce type d’œuvres, à quel point il est redevable des leçons de Boilly à la fois pour la technique mais aussi pour la recherche de l’expression d’un sentiment vrai et individuel. » (Sophie Join-Lambert, Catalogue raisonné Peintures françaises du XVIIIe siècle du Musée des Beaux-Arts de Tours / Château d’Azay-le-Ferron).

VENDU